Je touche du bois, mais il paraît que je suis veinarde...

Après quelques jours d'enquête au sein de mes origines normandes, mon arbre se garnis de plus en plus. Enfin... J'ai fais le plus facile.

Je travaille aujourd'hui sur ma branche GUILLOUF, à la 8ème génération en partant de ma propre personne.
Il y a une petite heure, je me lance à la recherche de l'acte de naissance de Charles GUILLOUF (SOSA n°198), fils de Charles GUILLOUF et d'Anne LE CARPENTIER, né le 8 novembre 1766 à Giéville (50) d'après son acte de mariage.


Je vous laisse imaginer ma grimace quand j'ai posé les yeux sur le registre d'état-civil de 1766 pour Giéville. Je ne brillais pas, je vous l'assure. Un petit rire nerveux m'a échappé quand j'ai lu la petite note "Pages abimées"... Ah oui, vous croyez ?

Arrivée à la date du 4 novembre 1766, les pages semblent n'être plus que des débris. Pour vous dire combien je désespérais, j'ai déballé un "C'est moooort pour moi là !" à un ami généalogiste.

Malgré tout, je tente et tourne la page...


Oh la veinarde que je suis ! Vous voyez l'acte quasi-intact en bas de la page de gauche ?


"Dimanche neuf novembre 1766, j'ai soussigné vicaire baptisé un fils né d'hier du légitime mariage d'entre Charles GUILLOUF et Anne LE CARPENTIER ses père et mère. Lequel a été nommé Charles. ... Charles GUILLOUF assisté de Hue/Luce GUILLOUF. Parrain et marraine soussignés."

Ce n'est peut-être pas grand chose pour les généalogistes plus expérimentés qui liront ma découverte(surtout que cet acte ne m'apporte pas grand chose de supplémentaire). Pourtant, c'est pour moi presque un miracle que l'acte que je recherche sois le seul quasi-intact de ces plusieurs pages de registres en un sale état... Comme quoi il ne faut reculer devant rien !

J'apprend par la suite que cet exemplaire est celui de la commune de Giéville, apparemment suite à une météo houleuse. Les archives départementales de Saint-Lô n'en possèdent aucun (sûrement détruit lors de la Seconde Guerre Mondiale)...

Commentaires

Articles les plus consultés